]

Histoire

Les résumés des étapes 2015, 2014 et 2013 se trouvent en pied de page ci-dessous.

Contexte

Je suis arrivé au Maroc au début des années 1970 et je suis tombé instantanément amoureux de ce pays énigmatique. J'ai adoré le mélange exotique des cultures et les extrêmes géographiques des hautes montagnes, du littoral atlantique, des dunes de sable et des paysages enneigés. J'ai surtout aimé les gens, leur histoire et la façon dont leur culture colorée accueille le visiteur. Peu de temps après, j'ai commencé à organiser des voyages de découverte au Maroc dans une vieille Land Rover. Maintenant, une trentaine d'années plus tard, je suis d’autant plus amoureux du Maroc.

De cette première implication avec le Maroc, Discover Ltd a vu le jour afin de mener des voyages pédagogiques en France et au Maroc. En 1990, Discover a acheté les ruines de Kasbah du Toubkal, et en 1995, elle a ouvert ses portes.

Passionné de cyclisme, j'ai parcouru le pays en vélo depuis la côte méditerranéenne à travers les montagnes du Rif, jusqu'à Marrakech puis dans les montagnes du Haut Atlas. Du point de vue du cycliste, il n’y a rien de mieux que ces terrains magnifiques et variés.

Mike McHugoAvec l’arrivée du cyclisme au Maroc, et Marrakech à l'Oukaïmeden classé parmis les ascensions classiques du Tour de France, j’ai pensé que le temps était venu pour une cyclo-sportive classique au Maroc. Pour concrétiser l'idée, je me suis associé à Saif Kovach, d'Argan Extreme Sports, et le Marrakech Atlas Etape est né.

En tant qu’un des fondateurs de l’association Education For All, j'ai été impliqué dans la collecte de fonds pour aider les jeunes filles dans les montagnes de l'Atlas à avoir accès à une éducation secondaire depuis 2007. Bien que le Marrakech Atlas Etape est un défi dans l'une des plus belles régions d'Afrique du Nord, l'intention est également de générer des collectes pour aider les membres les moins fortunés de la communauté - et quelle meilleure association soutenir que Education for All ?

J'espère que vous pouvez nous rejoindre pour le Marrakech Atlas Etape.

Voici les résumés pour les événements précédents.

Mike McHugo,

Kasbah du Toubkal

2015 summary

Lisez l'excellent article de Keith Gilks sur Sportive.com (en anglais), « Le meilleur sport d'Afrique? Participer au Marrakech Atlas Etape »

Pendant la descente d'Oukaïmeden, à votre retour à Ourika, les vues glorieuses récompensent l'effort de la montée de l’'Ouka Monster'. A 2624 mètres, c’est l'une des plus grandes côtes de tous les temps. Quatre-vingt-douze cyclistes sur plus de deux cents à participer au Marrakech Atlas Etape, ont eu la joie de voir leurs numéros marqués lors de leur arrivée à la station de ski, la dernière neige de l'hiver étincelant au sommet de la montagne.

Décrite par The Telegraph comme l'une des six meilleures cyclosportives de 2015, la troisième année du MAE a donné des résultats spectaculaires avec cinq cyclistes avec un temps en dessous de 3h et deux à 2h40 pour les 70 km exténuants de Marrakech à la station de ski d'Oukaïmeden.

Et l’information se répand; il y avait non seulement des équipes de Casablanca et de Rabat, mais aussi des cyclistes marocains du pays entier, y compris certains de l'équipe nationale. Les vols en provenance du Royaume-Uni portaient plus de participants britanniques que jamais, et il y avait même un contingent néerlandais. Des equipes père et fils, des cyclistes sérieux et d’autres du dimanche, des adolescents et des retraités, tous venus pour soutenir Education For All; une organisation caritative marocaine qui accueille 180 filles issues des familles les plus pauvres des villages les plus reculés du Haut Atlas afin de leur permettre de poursuivre leurs études au-delà du niveau primaire.

Mike McHugo et Gareth Westacott, qui sont à l'origine du MAE avec Saif Kovach d'Argan Xtreme Sports, sont satisfaits de la façon dont la course prend de l’ampleur : « On sentait qu'il y avait du potentiel dans tout ça », dit Gareth. « De plus en plus de personnes de la région voulaient soutenir ce projet, ce qui a été souligné par les cyclistes professionnels talentueux et les temps record qu'ils ont réalisés. Nous avons également vu un fort intérêt de la part des clubs de cyclisme, avec une équipe du Casablanca Cycling Club, et une grande participation du Marrakech Cycling Club. » Sans oublier Mohamed Zine, quatorze ans, sourd et muet, qui a partagé l'euphorie de la balade avec un grand sourire sur son visage.

James Wix, du Riad Farnatchi à Marrakech, a bouclé le voyage aller-retour de soixante kilomètres pour la première fois en 2013, mais a décidé de mettre un peu plus d'effort pour les deux dernières années et de tenter le parcours complet. Comment se comparent-ils?

« Les 60km étaient plus tranquilles et amusants, tout comme les années 60, beaucoup de gens qui s'amusent, ne se défient pas trop, mais passent une bonne journée. L'atmosphère est incroyable en faisant le parcours de 140km avec un mélange complet, des jeunes marocains aux ex-marocains aux actuels ressortissants marocains. C'est un parcours très dur, mais je dirais que n'importe qui qui s'y tente avec un certain niveau de condition physique pourrait le faire. »

Une course à vélo n’est peut-être l'idée de tout le monde d'un cadeau d'anniversaire parfait, mais Andy McCoren, un homme d'une soixantaine d'années, a été amusé par l'idée d'une balade intense dans la beauté du Haut Atlas.

« C'est difficile. C'est une montée constante a l’aller, il n'y a pas de descente pour reposer un peu les jambes. J'ai fais d'autres étapes et la plupart du temps vous obtenez un peu de répit dans la montée, pas avec ce parcours. Mais il suffit de regarder autour de soi et de voir à quel point le paysage est beau, même si la tête est baissée la plupart du temps. C’est fabuleux. »

James Tuffs est devenu une légende dans la courte vie de l'Etape, principalement en raison de son insistance à faire l’ascension de l’Oukaimenden sur un Brompton à trois vitesses pour les deux premières années de l’événement. Mais cette année, son statut a gagné des points en raison de son approche dogmatique pure pour se remettre en selle après un accident de vélo l’ayant mis en béquilles.

Comme il l'énonce énigmatiquement sur son blog à propos de l'Etape, Tuffcall, « à mon retour à Londres [après le MAE] j'ai été frappé par un taxi - honnêtement, combien de fois pouvez-vous prendre un taxi le vendredi soir à Londres? Mon bassin s’est fracturé à trois endroits. Du bon côté, le Brompton était indemne: » Trois mois de béquilles et trois mois de plus de réeducation auraient dû être assez dissuasifs, mais en janvier il était de nouveau en selle et se préparait pour le prochain voyage à Marrakech. Cette fois-ci, il a échangé le Brompton pour quelque chose avec des vitesses en plus, bien qu'il s'agisse aussi d'un vélo pliant. Il aimerait aussi tenter en tandem, peut-être l’année prochaine?

Résumé 2014 (en anglais) Ouvrir et lire

Résumé 2013 (en anglais) Ouvrir et lire